OÙ RANGER SES MOTS DE PASSE?


Tout d'abord, il est important de dresser un inventaire « numérique » et de donner quelques directives quant à ses actifs (exemple : transformer mon profil Facebook en page commémorative) et d’écrire le tout, incluant les mots de passe, sur une feuille de papier.

Ensuite, le meilleur endroit pour déposée cette feuille est dans un coffre de sûreté dans une institution financière, car seul le détenteur du coffre de sureté (le testateur) ou son liquidateur, après le décès, peuvent avois accès au compte. Une mention à cet effet pourra être inscrite dans le testament pour indiquer au liquidateur l’existence de cet inventaire et où il est rangé.

Malheureusement, cette solution a ses inconvénients, dont:

  • Mise à jour compliquée, car il faut se déplacer à la banque, accèder à son coffre de sûreté, placer un inventaire récent dans le coffre et détruire l’ancien inventaire. Puisque les mots de passe changent rapidement, il est possible que vous deviez visiter votre banque régulièrement, ce qui n’est pas nécessairement pratique ;

  • Risque de perdre l’inventaire papier ou de se le faire voler en allant le déposer à la banque;

  • Frais annuels à assumer pour la location du coffre de sûreté.

Toutefois, concernant le premier point, notons que même si l’inventaire n’est pas à jour au moment du décès, le liquidateur aura tout de même connaissance des actifs numériques et pourra tenter de récupérer les mots de passe grâce à la fonction « Redéfinir mon mot de passe » ou « Mot de passe oublié » que nous retrouvons la plupart du temps sur les sites Internet offrant un accès sécurisé.

Dans tous les cas, si vous tenez à transmettre vos mots de passe et de les écrire à quelques parts, le coffre de sûreté bancaire est probablement l'endroit le plus sûr!

#motdepasse #inventaire #coffre #sécuritaire

PUBLICATION VEDETTE

DERNIÈRE PUBLICATION

QUESTIONS OU COMMENTAIRES?

 

ÉCRIVEZ-MOI 

Patrimoine Virtuel

U N  B L O G U E  D E  V A L É R I E  P E T I T

parce que vos actifs numériques comptent.

© 2015 Valérie Petit